Après un cancer, une joie de vivre décuplée ?

Accueil Forums Les mots du cancer Après un cancer, une joie de vivre décuplée ?

Ce sujet a 18 réponses, 18 participants et a été mis à jour par  Philippe Galipon, il y a 4 ans et 5 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #11137

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Le cancer est une épreuve que personne ne souhaite, mais vous êtes nombreux à témoigner qu’il donne parfois plus d’intensité à la vie.
    Avez-vous des récits à partager pour témoigner de cette joie de vivre retrouvée, lorsqu’on retourne parmi les siens après la maladie et les traitements ?

3 réponses de 16 à 18 (sur un total de 18)
  • Auteur
    Réponses
  • #11141

    Nolme
    Membre

    J’ai eu le syndrome du survivant, ça a débouché sur une récidive. J’ai pris ma vie en main, reconstruit des fondations solides de ma maison avec l’aide d’un psy. Désormais, je suis CICATRISEE, mieux que rémission, non ? Durant ces deux dernières années, je me disais que si ça marchait, je voudrai être au service des autres. Qui que ce soit m’a entendue en mettant sur ma route mes deux oncologues. L’un qui m’a parlait de ce qu’il côtoyait chaque jour sur le plan social, l’autre de ses recherches en manque de financement. Bingo, l’association Nea est née en septembre pour financer les recherches et s’occuper du quotidien des cancéreux. Faut employer le bon mot ! Les produits agissent mieux quant le quotidien ne pèse pas.

    #11140

    Fargence
    Membre

    Après une récidive ma joie, mon espoir, mon futur, je le mettais dans un lieu a construire, une maison ou rassembler ma famille, une maison pour ancrer leur avenir, une maison pour penser a demain… Tout au long de la maladie (mammectomie bilatérale, chimio, radio, puis de nouveau chimio) je n’ai cessé de travailler et de mettre des sous de côté, il m’en manquait un peu pour acheter une petite maison. Malgré les dispositifs mis en place aucune banque n’a voulu me prêter l’argent dont j’avais besoin, aucune compagnie d’assurance n’a voulu me prendre en charge. On m’a même soupçonnée de savoir que j’allais mourir et de chercher a nantir mes enfants grâce à l’assurance décès. La joie de vivre oui si on nous laisse vivre simplement.

    #11138

    Je me joins entièrement à Katounette : lorsque je lis votre histoire je lis la mienne !!! Je viens tout juste de finir mes traitements il y a trois semaines, ouf !!! Je reprends le boulot lundi et j’en suis ravie cela va me permettre de respirer et surtout reprendre le contrôle de ma vie !!! Je voulais dire que cette maladie a été pour moi une renaissance, un révélateur ! Elle m’a redonné le goût de la vie, l’espoir. Aujourd’hui je me trouve plus belle et j’ai plus confiance en moi ! J ai vécu 15 ans avec un alcoolique qui m’a fait me déprécier, qui m’a humiliée et ce, jusque dans ma maladie ! J’ai 36 ans, deux adorables enfants et là, ma décision est prise : je vais le quitter et me refaire une nouvelle vie avec mes deux enfants ! Car durant toutes ces années j’ai voulu le préserver le sortir de cette maladie au détriment de la santé ! D’ailleurs, aujourd’hui inconsciemment une part de moi le rends responsable de ma maladie ! Et lorsque j’ai eu besoin de lui, il n’y avait personne ! Pire, monsieur s’est permis d’être jaloux de me voir si féminine, il m’a même accusée de faire semblant d’être malade ! Aujourd’hui je sais que pour moi la seule façon d’être heureuse et de retrouver la liberté est de refaire ma vie avec un homme qui me méritera ! En tout cas je veux être heureuse avec mes deux petits loulous !!!

3 réponses de 16 à 18 (sur un total de 18)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.