Bons de transport et prise en charge des frais de transport des patients atteints d’une affection de longue durée : identification des problèmes…

Accueil Forums Problèmes juridiques et administratifs Bons de transport et prise en charge des frais de transport des patients atteints d’une affection de longue durée : identification des problèmes…

Ce sujet a 3 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Cancer Contribution, il y a 4 ans et 5 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #11238

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Ce décret est intervenu dans un contexte économique difficile. Le budget du système de soins étant sujet à des contraintes importantes, il a semblé opportun de réduire des postes non dédiés aux soins. Or, quelles conséquences a-eu ce choix politique? Peut-on dire qu’il a réussi à obtenir une baisse budgétaire sans pour autant impacter l’accès aux soins pour les malades ? Une chimiothérapie en hôpital du jour, une journée de dialyse, le suivi post greffe (à titre d’exemple) sont-ils envisageables si ces actes médicaux sont précédés ou suivis par des trajets dans les transports publics ? Qu’en est-il pour ceux qui habitent dans des endroits peu accessibles ? Ou qui n’ont pas un proche disponible pour les accompagner et les attendre pour retour ? Le débat est ouvert…. »

3 réponses de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Réponses
  • #11241

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    [b]De Florence, via KBk – [/b] »Le problème numéro 1 est de trouver des taxis conventionnés ! Surtout pour les petites distances qui n’intéressent guère.Pour ma part je fais appel à mes proches ou mes voisins… »

    #11239

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Ce pb des transports est aussi prégnant au Canada, comme en témoigne la société canadienne du transport, qui livre de diagnostic sur son site : »Parfois, le simple fait de se rendre aux traitements peut être une tâche difficile surtout si vous devez aussi faire face à des problèmes physiques ou financiers ou si le centre de traitement est loin de chez vous. Si vous avez besoin d’aide pour vous rendre à vos traitements reliés au cancer, nous pouvons vous aider à trouver la meilleure façon de vous y rendre. » Quelles solutions préconisez-vous pour la France ?

    http://www.cancer.ca/ontario/support%20services/od-transportation.aspx?sc_lang=fr-CA

    #11240

    Nolme
    Membre

    et allez on en rajoute dans le maquis des transports. Perso, je suis déjà remboursée que sur le Bastia Marseille, la distance sur Paris est à ma charge…… je devrai me faire suivre à Marseille ou à Nice pour les textes. Actuellement, c’est un tel « maquis » que je n’ai eu aucun remboursement pour 2012, soit plus de 600€ dehors. En conscience, je faits ma chimio à Bastia et non sur Paris, alors qu’on autorise des transports aériens ou mer pour aller juste faire sa chimio sur Marseille ou Nice…?????? ça je comprends pas ! les protocoles étant les mêmes ! Je songe à la fatigue infligée aux patients qui prennent le 1er avion à 7h et attendent le dernier avion de 21h pour rentrer, sans compter la route entre l’aéroport et son domicile. (je me pose de réels questions sur l’afflue financiers généraient par ses patients à certains établissements au détriment de ceux de l’ile. Est-ce pour le bien du patient ou pour celui de l’établissement ?)
    Donc, on autorise des transports dont les soins pourraient être faits sur place, on autorise pas ou peu les suivis médicaux ailleurs que sur le bord à bord. J’y perds mon latin ! Quant à prendre sa propre voiture, c’est ce que je fait car je n’ai que l’avastin. En d’autres temps, sous taxol, taxotère il me fallait un VL car on associait à la chimio un anti-histaminique qui me faisait dormir…..une fois dans ma vie, je suis remontée seule sur 80km après un avastin et un anti-histaminique, j’ai bien cru m’endormir au volant et y perdre la vie. Si je descends seule c’est que je n’ai pas d’autre conducteur que moi à part les « taxis » ou ambulanciers. Pour faire faire des « économies de papier » j’irai me tuer. Remarquer que les économies seraient conséquentes pour ma caisse. Si je résume bien la situation : je perds un jour de carence tous les 14 jours, et je prends des risques en utilisant ma voiture sur 160km. Sans compter, mon estomac avec le plateau repas de la clinique : énorme risque. Vaut mieux rire que pleurer !

3 réponses de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.