Cancer colorectal métastatique et inhibiteur multikinases

Accueil Forums Accès et parcours de soins Cancer colorectal métastatique et inhibiteur multikinases

Ce sujet a 0 réponse, 0 participant et a été mis à jour par  sitelle, il y a 4 ans et 5 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #10915

    sitelle
    Participant

    L’étude CORRECT de phase III évaluant le regorafenib, inhibiteur multikinase par voie orale, dans le cancer colorectal métastatique montre une amélioration de la survie globale chez des patients lourdement prétraités.
    L’étude CORRECT (Colorectal cancer treated with regorafenib or placebo after failure of standard therapy) de phase III, multicentrique, en double aveugle, a comparé l’efficacité du regorafenib, inhibiteur multikinases par voie orale, associé à une prise en charge optimale, au placebo associé à cette même prise en charge, chez des patients (n = 760) atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) dont la maladie a progressé après traitements ; la totalité des patients avaient reçu du bevacizumab, près de la moitié d’entre eux avaient eu au moins 4 lignes précédentes de traitements. La randomisation était de 2:1. L’objectif principal était la survie globale. Les objectifs secondaires étaient la survie sans progression, les taux de réponse tumorale objective et de contrôle de la maladie. En octobre 2011, l’aveugle a été levé précocement en raison d’une amélioration significative de la survie globale dans le groupe regorafenib. L’ensemble des résultats a été présenté au dernier congrès mondial de cancérologie digestive.

    Les résultats de survie globale montrent une médiane de 6,4 mois pour le groupe regorafenib versus 5 mois (p = 0,0052).

    Les résultats en fonction de l’analyse du status KRAS des tumeurs (40 % des tumeurs colorectales ont des mutations du gène KRAS prédictives de l’absence de réponse thérapeutique aux anti-EGFR) sont les suivants :

    – pour les KRAS sauvages, la médiane de survie globale est de 7,3 mois versus 5 mois (HR = 0,65), la survie sans progression est de 2 mois versus 1,8 mois (HR = 0,48) ;

    – pour les KRAS mutés, la médiane de survie globale est de 6,2 mois versus 5,1 mois (HR = 0,87), la survie sans progression est de 1,9 mois versus 1,7 mois (HR = 0,53).

    L’effet du regorafenib indépendant du statut KRAS est souligné par le Pr Alberto Sobrero (hôpital San Martino, Gêne, Italie).

    Suite aux résultats de l’étude CORRECT, la FDA a décidé d’examiner selon une procédure accélérée la demande d’autorisation du regorafenib dans les CCRm. Notons que le regorafenib est également évalué dans les GIST (gastrointestinal stromal tumor).

    D’après les conférences de presse organisées par le Laboratoire Bayer dans le cadre du congrès mondial de cancérologie digestive.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.