ENTRE BLESSURE ET CICATRICE

Forums Impacts psychologiques du cancer ENTRE BLESSURE ET CICATRICE

Ce sujet a 0 réponse, 0 participant et a été mis à jour par  sitelle, il y a 4 ans et 7 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #10952

    sitelle
    Participant

    Blessure : les souffrances psychiques inacceptées qu’imposent au narcissisme l’individuation, la différence des sexes, celle des générations, bien d’autres violences encore issues de l’histoire personnelle et des deuils de la vie. Cicatrice : les dénis, les idéalisations rigides et toutes les compulsions défensives qui voudraient celer à l’homme ses souffrances, ses impuissances, ses vertiges. De l’un et de l’autre côté, une immense perte d’énergies – ici répandues et là bloquées – qui a pour source la non-élaboration de l’expérience négative du manque. Entre blessure et cicatrice, la psychanalyse propose depuis son origine à la négativité un autre destin, dont, après bientôt un siècle, les voies continuent à étonner nos contemporains. Jean Guillaumin soutient dans ce livre deux thèses, qui font mieux comprendre l’originalité et la force toujours intacte du dispositif freudien face au négatif. Nouvelles, ses vues se rattachent cependant à l’un des courants les plus vivants de la recherche psychanalytique actuelle. L’auteur montre d’abord que la psychanalyse n’élabore l’expérience négative qu’en lui opposant, comme pour la capter dans un miroir, une pratique elle-même organisée en son centre par ce qu’il nomme un  » opérateur négatif « . Faite de mise en suspens, de distance prise, de retrait et de désidentifications partielles, elle agit par effet d’écart, de défaut, dans la parole ou le silence. Mais cette négativité-là est au service de la vie : aménagée en foyer au cœur du travail interprétatif où elle est insérée, elle demeure contenue dans l’identification d’alliance qui l’enveloppe. Jean Guillaumin soutient aussi l’hypothèse hardie que le système lui-même des notions théoriques qu’a engendrées la pensée de Freud est accordé et homologue au dispositif praticien qui le fonde et dont il demeure le garant. Les concepts malheurs de la théorie analytique véhiculent en effet une épistémologie des limites du représentable, dotée d’une cohérence spécifique, qui lance un défi à l’illusion positiviste, toujours portée à ôter du discours sur l’homme ce qu’elle n’en peut réduire à des schèmes opératoires.

    Une analyse parfois rafraichissante des moments difficiles du parcours des malades, et de leur façon de les gérer.

    http://books.google.fr/books?id=–yjDZeK9BcC&pg=PA182&dq=l%27humour+contre+le+cancer&hl=fr&sa=X&ei=0OKnT9-TKOX80QWKu6XVCw&ved=0CDsQ6AEwAQ#v=onepage&q=l%27humour%20contre%20le%20cancer&f=false

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.