Les bienfaits du témoignage – qu’en pensez-vous ?

Accueil Forums Les mots du cancer Les bienfaits du témoignage – qu’en pensez-vous ?

Ce sujet a 11 réponses, 11 participants et a été mis à jour par  Martine dAgen, il y a 4 ans et 5 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #11166

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Prolongement du sondage sur ce sujet et en préparation de la Rencontre IRL du 12 décembre, nous proposons un forum entièrement dédié à ce sujet…

11 réponses de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Réponses
  • #11173

    Giovanna
    Membre

    Merci de ce soutien Martine. Je suis persuadée de la même manière que ce « monde de loups, [i]sans[i][/i][/i] d’empathie » évoqué dans le commentaire précédent puisse, au contraire, se révéler une dimension d’échange et de partage…comme souhaite l’être Cancer Contribution.
    Encore hier, lors de l’IRL, une partie de notre communauté s’est retrouvée à témoigner sur l’importance de rompre l’isolement, de trouver des pairs, de vivre cet effet miroir qui ouvre l’espoir, d’échanger avec des personnes impliquées dans la même démarche.
    Je ne suis pas sure que le « bavardage » ou les « raisons professionnels » puissent polluer les rencontres et les amitiés que, comme tu le dis très bien, se nouent au fil du parcours.
    Bien évidement, le web est un instrument, les réseaux sociaux sont un espace susceptible de générer des frictions, ce qu’il faut prendre en compte lors qu’on s’expose. Mais derrière les avatars et les témoignages les personnes sont réelles et, de ma part, je suis fière et heureuse de pouvoir accueillir sur cette plateforme la richesse, l’engagement et la sincérité de chaque contribution.

    #11169

    METEOMARINE
    Participant

    Témoigner, c’est se montrer. C’est faire tomber les tabous autour du cancer, les préventions autour du patient. Témoigner, c’est montrer que l’on vit, intensément, que l’on vit vraiment. Témoigner, c’est surtout tendre la main aux autres, ceux qui ne savent pas qu’ils peuvent dire, et que si ils parlent, ils ne seront pas ostracisés.

    #11168

    sitelle
    Participant

    Il faut bien comprendre que le témoignage peut prendre des formes très différentes. Mon amie, certes a écrit pour raconter, mais je trouve pour ma part plus de force ( de force immédiate, brute, livrée telle quelle ) dans ses tableaux qu’elle a offert à la vue des autres en leur laissant la liberté d’y voir ce qu’ils voulaient. Mais toute forme de témoignage est capitale dans le processus de guérison, ou pour aider à cheminer dans le combat, même et peut-être surtout si celui-ci se termine mal, car il permet au malade de se sentir ‘partie’ d’un grand ensemble de personnes dans la même situation, il a valeur à fois pédagogique et heuristique. Il vient de plus briser ce tabou qui a mis pendant des siècles une chape de plomb sur tout ce qui touchait aux maladies graves de plus récemment aux les deux cousins, sida et cancer. [b]Témoigner[/b] à mon avis est une source de force inépuisable.

    #11167

    gabdu
    Membre

    Bonjour,
    j’ai souvent témoigné soit par téléphone, lors de rencontres dans une association entraide cancer. Depuis peu j’ai mon témoignage écrit (Cancéreux et heureux)comme support pédagogique. je témoigne toujours de façon simple et surtout rassurante. C’est le but premier du témoignage.
    Montrer aux autres que d’être plus fort que la maladie doit encourager un malade à se battre et en vouloir coute que coute. Lorsque l’on apprend que l’on est atteint d’un cancer, on a 2 choix, celui de se dire que c’est fichu ou celui de se dire; je l’aurais ce cancer. C’est cette dernière voie que j’ai toujours choisit, ne serait-ce par reconnaissance au corps médical et ma famille qui m’a toujours soutenu et par défi. On vit pour les autres n’est ce pas!

    #11172

    Jluc602003
    Membre

    La Force du témoignage , Je pense que plus que être témoin , j’ai été acteur de mon témoignage .

    Est-ce que cela apporte quelques choses ?
    C’est une bonne question

    Il est peut-être plus facile de se raconter via le web , en tout cas pour moi je pense que c’est le cas. Quand la maladie apparaît dans ma vie , je donne asile d’une minute sur l’autre au plus profond de moi à un tueur en séries , et puis c’est la phase intense de prise en charge , la je deviens une chose , vu ma taille le petit chose .. .

    Et j’apprends très vite que ce serial killer est beaucoup plus rusé et vicieux qu’on le pense , trois mois après l’opération il tape à nouveau et là j’ai bien pensé que c’était fini , Oh j’en voulais à personne , je trouvais juste que j’avais déjà beaucoup donné et que j’allais pas pouvoir aider et accompagner mes enfants encore un peu , et là j’ai trouvé l’énergie , l’énergie du sourire de mes enfants , de les voir grandir , de les voir devenir adultes, puis parents … je pouvais pas rater çà , pas maintenant , alors j’ai mis tout dans la bataille , je me suis informé , cultivé, je suis devenu acteur , un paradoxe pour moi qui aime le cinéma .

    Et puis j’ai eut très vite le désir de partager avec les autres , sur les bancs d’attentes de la radiothérapie , je transmettais mes connaissances de la maladie , je réconfortai , même si après moi je craquais devant les infirmières ou dans le petit box ou je me déshabillais , je crois qu’il aurai beaucoup à raconter ces petits lieux exigus , les minutes d’attentes , de souffrances.
    Et puis il y a la phase d’hormonothérapie , ou plutôt la deprivation hormonal adjuvante , phase ou je suis encore , pour un homme on le vide de sa testostérone , donc de sa masculinité , certain appelle cela un chemin de croix , sauf que Jésus avait encore de la testostérone dans son corps pour la porter sa croix , nous, nous avons que la fatigue , la déprime , il y a des jours je ne me regarde pas , je me croise parce que c’est pas moi , c’est un autre , la rançon du succès est au bout enfin ça c’est le volet optimiste …

    Le Témoignage , sa force , a mis sur mon chemin des personnes exceptionnelles , comme Giovanna Marsico .
    A un moment de mon existence , Giovanna a su avec son intelligence , sa douceur , son amour de son prochain , m’écrire des mots qui ne s’adressait pas à moi en tant que malade , mais entant que Personne en traitement dans un grand respect .
    J’ai découvert grâce à Giovanna la première IRL sur le Cancer et le travail , je peux bien le dire maintenant c’était une de mes premières sortie depuis longtemps , et ce soir la je me suis senti quelqu’un , il y avait une grand chaleur , le témoignage tissai un lien entre nous tous et nos débats sont UTILES , nous avons nos maux , mais nous avons surtout nos MOTS à dire , Giovanna et Cancer Contribution sont là pour synthétiser et faire entendre la force de nos témoignages .

    Je n’ai pas l’énergie pour être à chaque IRL ou pour contribuer autant que je le souhaiterai sur le site , mes examens , les suites et conséquences de la radiothérapie , l’hormonothérapie font que je dois me protéger , parce qu’ emotionnellement je prend tout en direct , je suis encore très loin d’avoir pu remettre en adéquation traitement et travail (ou activité professionnelle ).

    Dernièrement j’ai été très blessé sur un réseau social parce que l’on avait reproché de mélanger activité et maladie … et quelques jours après j’ai lu comment Catherine Cerisey s’était faite agressée quasiment pour la même chose , et la force que fut la sienne , tu me donne un beau témoignage de courage Catherine , et un espoir d’être VIVANT = LIVE après l’hormonothérapie .
    Merci de m’avoir lu.

    Jean-Luc

    #11171

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Par Gabriel – « ostracisés, ce mot tres fort mais qui reflète hélas la réalité de tous les jours. » (via facebook)

    #11177

    Martine dAgen
    Participant

    Oui Giovanna, ce sont des supports complémentaires, d’où tout mon intérêt pour votre site qui concilie virtuel et travail sur le terrain.

    J’avais décidé de franchir le pas pour visiter en début d’année 2012 un groupe de parole connu via une rencontre parisienne, dont le responsable nous commente occasionnellement et avais ensuite rédigé un article sur notre blog http://ensemblecontrelecancer.blogspot.fr/2012/01/groupe-de-parole-choix-vital.html

    extrait :[quote]J’avais besoin de ressentir physiquement ce contact avec des patients et des proches de patients “en mode communication verbale” afin de pousser plus loin l’approche, de lâcher le temps d’une rencontre la casquette d’administrateur d’un groupe virtuel, pour entendre de mes propres oreilles cette fois (au lieu de lire) les messages d’autres anonymes, dans un contexte encadré professionnellement en l’occurence par un médecin ayant lui-même traversé l’épreuve de la maladie.[/quote]

    #11176

    Martine dAgen
    Participant

    Pour poursuivre sur ce sujet, voici l’exemple d’un message privé reçu récemment, puis un suivant écrit 2 jours après : c’est un exemple typique de témoignage virtuel que ce Monsieur n’aurait jamais prononcé en réunion mais qui est, Ô combien riche sur le véritable vécu d’un patient et de la nécessité souvent de répondre à l’urgence dans le virtuel (alors qu’une réunion est à un horaire planifié) :
    [quote]Je prends enfin le temps de vous donner quelques nouvelles… J’ai terminé mon cycle de chimio la semaine dernière et je passe depuis un moment très difficile : Nausées ++ ; diarrhées et gros gros maux de ventre… Le moral est au plus bas, je ne comprends pas cette injustice, c’est très dur. Je jalouse les non malades et commence à me renfermer sur moi-même. Ce n’est pas bon. Je sens que je vais mourir ; C’est dégueulasse. J’ai envie de tout casser, d’hurler, même de tuer. C’est l’enfer.
    Encore 3 cycles de chimio avant l’intensification, les rayons puis deux ans de chimiothérapie hebdomadaires…
    Je souffre de perdre mes cheveux, l’intensification me les fera perdre définitivement ; J’en ai marre de ma boiterie définitive, depuis mon premier cancer qui m’empêche désormais de courir, de skater et de faire du snowboard, mes passions de l’époque…..
    C’est dur. Je suis désolé de ne pouvoir apporter de notes positives mais je ne vais pas mentir. Cela fait un moment que je pense à vous écrire et j’ai la force, ce matin, dans cet état.[/quote]

    Message 2 jours après : [quote]Ça va bien mieux pour moi. J étais mal, j avais envié d écrire et de partager, « sans faire de mal » à mon entourage.[/quote]

    #11175

    Martine dAgen
    Participant

    je ne suis pas certaine qu’il y aurait beaucoup de participants à une réunion (IRL) Giovanna et c’est une spécificité du soutien virtuel que j’ai constatée pour Facebook : très très peu de participants ont franchi le pas de briser l’écran du virtuel. Il est déjà tellement difficile parfois de provoquer des réactions écrites publiquement sur la toile ! et ce, pour plusieurs raisons dont la principale est d’épargner la famille/les proches, ou tout simplement ne pas être lu par un employeur, voire une banque à qui l’on a demandé un crédit, et qui ferait des recherches sur la toile.
    C’est la raison pour laquelle je protège nos membres griffe et ongles dès que je constate qu’un de leurs commentaires et repris sur un support informatique ou site quelconque : certains témoignages sont le fruit de longs échanges privés, d’une confiance établie, et ne souffrent pas d’être banalisés hors contexte sans l’autorisation de l’auteur qui est le plus souvent en souffrance, voire très grande souffrance

    #11174

    Martine dAgen
    Participant

    ce thème est inépuisable et je ne doute pas qu’il sera très commenté sur ce forum et au cours des IRL à venir 😀 :

    Pour cela aucun mot n’est nécessaire : c’est la lueur dans le regard des participant(e)s aux rencontres proposées qui éclaire sur le profond bienfait qu’apporte le témoignage 😀 et je ne doute pas que tu l’auras constaté ainsi que votre équipe

    Bonne journée Giovanna

    #11170

    Martine dAgen
    Participant

    Face à l’épreuve, chacun réagit différemment. Gérant un groupe de parole « virtuelle » depuis 4 ans, je constate que la parole, ne serait-ce que virtuelle, correspond à un besoin essentiel. Ceux qui ne parviennent pas à échanger avec leur proche entourage se sentent incompris, ils ont davantage besoin de communiquer, de partager leurs préoccupations afin de rompre l’isolement. Sur le célèbre réseau social elle prend forme sous la véritable identité ou parfois sous forme anonyme (avec un pseudo), le plus souvent pour que les proches ne s’inquiètent pas de lire les véritables pensées profondes. Sur nos forums de véritables liens sont créés, des complicités peuvent naître entre compagnons de galère qui se soutiennent vaille que vaille dans les épreuves qu’ils partagent : par de longues phrases, quelques mots, ou un simple petit signe de vie sous forme d’icône

11 réponses de 1 à 11 (sur un total de 11)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.