Plan Cancer 3 – Participez à l’élaboration des propositions et des axes de travail

Accueil Forums Cancer dans la société Plan Cancer 3 – Participez à l’élaboration des propositions et des axes de travail

Ce sujet a 31 réponses, 31 participants et a été mis à jour par  Alinea, il y a 4 ans et 5 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #11410

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    François Hollande, a annoncé, le 4 décembre dernier, le lancement du Plan cancer 3, prévu pour 2014. Un projet dirigé par l’hématologue Jean-Paul Vernant, en collaboration avec les ministères et parties prenantes concernés. Cancer Contribution participe à cet élan en lançant ce forum.

15 réponses de 16 à 30 (sur un total de 31)
  • Auteur
    Réponses
  • #11428

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    D[b]e Monique -[/b]  » Je pense qu’il faut vivre chaque instant au présent et un peu oublié la récidive sinon on ne vit plus » (via facebook)

    #11416

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    [b]De Angy -[/b] – « Hé bien un sujet qui m’interpelle – la réponse de mon oncologue ou ce mot qu’on a envie d entendre !! Mais comment ? Puisque le suivi ne s’arrete jamais. Même eux ne le savent pas. Ils marchent sur des oeufs. » (via facebook)

    #11415

    Alinea
    Membre

    Merci Giovanna pour ces précisions ! Je pense qu’une des innovations consisterait à mieux organiser le suivi au cours des années qui suivent le traitement. Mon mari a été touché voilà 15 ans et on a le sentiment de vivre avec une épee de Damoclès suspendue au-dessus de nous… Pas un oncologue pour nous dire que c’est fini, la menace père toujours dans leus discours. On aurait pu mieux vivre ces années, mais la rémission n’est pas la guérison. Comment faire pour inclure le mot « guérison » dans le parcours des patients après leurs traitements ? Des patients se sentent-ils guéris ? Après tout, c’est comme une grippe. On l’attrape et on se soigne, ce qui n’empêche pas qu’on puisse l’attraper l’hiver suivant ! Qu’en pensez-vous ?

    #11431

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    [b]De Nathalie – [/b] »Ce qui me laisse perplexe c’est la différence des supports de diagnostic selon les praticiens et l’offre en matière d’imagerie médicale. Point de pet scan ni d’IRM, seulement la bonne vieille prise de sang, les écho, radio et biopsies dans mon coin et toujours le sentiment que peut être ce qui n’est pas visible est pourtant peut être bien là … » (via facebook)

    #11432

    Irene
    Membre

    Cicatrices de mastectomie :

    Une mastectomie est un acte subi, largement traumatisant, tant physiquement que psychiquement, peut-être encore plus à notre époque ou l’on parle beaucoup de progrès et de soins conservateurs.
    Il me semble, qu’au moment de l’annonce de cet acte chirurgical mutilant, la majorité des 15 000 (ou 17 000, chiffres à vérifier) femmes concernées chaque année, se trouve dans un état de choc tel, que la question des techniques de suture ne peut se poser pour elle à ce moment là et donc n’aborderont pas la question avec le chirurgien.
    La sidération a lieu à la découverte de la cicatrice quelques jours plus tard : une balafre de plus de 20 cm en lieu et place d’un sein, partie intégrante de notre corps.
    Cette cicatrice peut constituer une « double peine » lorsque le chirurgien a accompli un acte thérapeutique, a soigné sans prendre soin de faire une « belle cicatrice ».
    La couture n’est pas un acte mineur : cette cicatrice la femme la verra tous les jours en se lavant, en s’habillant, elle la montrera à des soignants… si elle partage sa vie avec un ou une autre, cette cicatrice sera là, bien visible lors de la relation amoureuse.

    Je pense que toutes les femmes ont le droit de bénéficier des progrès des techniques de chirurgie esthétique. Bien évidemment, toutes ne cicatriseront pas de la même façon. A ce propos, les chirurgiens ne demandent pas souvent si elles fument, alors que la nicotine joue un rôle négatif dans les mécanismes de cicatrisation.

    Docteur Katia Bustamante – Service de Chirurgie Plastique, Hôpital Saint Louis, Paris, dans A l’Ecoute des Autres Spécialités, n°3 Décembre 2002 :
    «La cicatrice reste pour le patient la trace indélébile d’une intervention chirurgicale….. Il (le chirurgien) peut en revanche s’appliquer à faire une belle suture.
    Une belle suture est la condition nécessaire, mais malheureusement non suffisante, pour une belle cicatrice. »

    Il est bien sûr question du plan cutané (surjet intradermique) et non de la suture sous cutanée (points séparés).

    Déjà en janvier 2001, un article du Bulletin du Cancer, Volume 88, Number 1, 45-53, dont les auteurs sont : Jean-Yves Bobin, Cécile Zinzindohoué, Christelle Faure-Virelizier , Département de chirurgie oncologique, Centre Hospitalier Lyon-Sud :
    « L’évolution des techniques actuelles vise à éviter les séquelles esthétiques : cicatrice préthoracique inesthétique avec des bourrelets, excès de tension cutanée, cicatrices « en échelles »
    « Le dessin de la résection cutanée doit permettre une mastectomie radicale …avec une conservation cutanée suffisante pour permettre une fermeture sans tension avec des fils de suture fins (000), non résorbables ou résorbables par un surjet intradermique. La cicatrice est ainsi la plus fine possible….Ces incisions seront de plus parfaitement adaptées aux différentes techniques de reconstruction du sein.»

    En fait j’aborde la question des cicatrices et des sutures sous l’angle de la mastectomie, parce que c’est une marque indélébile qui vivra autant que la femme (même après reconstruction).
    Cela étant la question s’applique autant au curage axillaire, à la tumorectomie et à toutes les cicatrices opératoires en générales.

    #11433

    Alinea
    Membre

    Je pense pour ma part qu’il faut désormais associer prévention et soins, comme indiqué dans l’article publié sur cette plateforme et consacré au Centre Hygée de St Etienne. Franchement, comment peut-on encore ignorer que la meilleure façon de luttre contre le cancer, c’est de ne pas l’avoir… Ca vous fait rire ? Regardez nos habitudes : alcool, tabac, drogues, psychotropes, soleil… Loin de loi l’idée de moraliser la vie et que chacun s’éclate, mais en terme de prévention, il est essentiel de dire que boire ou fumer avec excès, ou s’exposer excessivement au soleil ,e peut avoir qu’un résultat probable et statistiquement incontournable : accroître la prévalence du cancer. Alors comment, dans le plan Cancer, donner des moyens à la recherche. Et je vais plus loin, comment intégrer la connaissance de ces risques dans l’éducation de nos enfants. A partir de quel âge et comment en parler ? Mais l’Education Nationale doit jouer son rôle !

    #11434

    Alinea
    Membre

    En complément de mon message précédent, j’ai récemment vu un reportage sur l’aluminium… Saviez-vous que les industriels en mettent dans… nos déo ? Ceux qu’on se met tyous les matins sous les bras ! Paraît que ça bouche les pores et empêche de transpirer… Cancérigène ou non ? Le débat est ouvert mais que penser d’une civilisation qui se colle du métal dans le corps tous les jours pour ne pas sentir sous les bras ? Que savons-nous de la dangerosité de ce type de produit ? Merci de vos lumières sur ce sujet…

    #11435

    sitelle
    Participant

    Ne pourrait-on pas puisqu’il existe des sites de pétition en ligne, faire entendre cette voix en demandant que pour les plus fragiles, (il y a aussi les allergiques, les enfants, et d’autres catégories) les produits garantis sans agents cancérogènes, soient rendus plus abordables. Je veux dire à inclure dans les dispositions du plan cancer, sous forme de loi applicable aux grandes surfaces et à leurs succursales de proximité au cœur des villes? Ce serait peut-être plus important que de se focaliser sur les patrimoines de nos ministres et autres élus, qui ne sont pas du ressort de la santé, mais tiennent toute la place comme pour distraire les gens qui souffrent.

    #11436

    Philippe Galipon
    Participant

    Bonjour,
    Pour ma part je suis en train de rédiger quelques documents au format PDF de mes propositions classées par theme que je vais transmettre directement sur le site http://plan-cancer.gouv.fr/preparation-du-3e-plan-cancer/formulaire-de-contribution.html

    #11437

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Nous vous remercions pour vos contributions sur ce forum et nous vous encourageons à poursuivre la discussion, notamment sur le sujet abordé par Alinea : comment intégrer la prévention de manière effiucace dans le Plan Cancer 3 ? A vous de jouer…

    #11438

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Nous vous remercions pour vos contributions sur ce forum et nous vous encourageons à poursuivre la discussion, notamment sur le sujet abordé par Alinea : comment intégrer la prévention de manière efficace dans le Plan Cancer 3 ? A vous de jouer…

    #11411

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    [b]Vous êtes invité à apporter votre contribution à la préparation du prochain Plan cancer, jusqu’au 20 mai 2013.Vos contributions peuvent porter sur tous les sujets en rapport avec la lutte contre les cancers, et notamment parmi les axes de travail préparatoires :[/b]

    > la prévention et le dépistage des cancers ;
    > les soins et l’organisation des prises en charge en cancérologie ;
    > la vie des personnes atteintes pendant et après un cancer ;
    > la formation professionnelle et les métiers de la cancérologie ;
    > la recherche et l’innovation ;
    > les inégalités face aux cancers.

    #11412

    Alinea
    Membre

    Bonjour, qu’attendez-vous excatement ? Quel type de contribution ? Pouvez-vous nous orienter ?

    #11413

    sitelle
    Participant
    #11414

    carci2011
    Membre

    MODIFICATION des PROTOCOLES

    carcinome canalaire infiltrant grade III avec métastases pulmonaires et osseuses d’emblée.
    Pas de scanner cérébral pendant un an soit -disant parce qu’avec l’herseptin il ne peut pas y avoir de méta cér pendant le traitement s’il n’y en a pas eu dès le début

    Résultat : 1 an après épilepsie et découverte de méta cérébrales

    Ce que je ne savais pas ,c ‘est que l’herseptine n’atteignait pas le cerveau et n’importe qui aurait pu se douter que si je n’avais pas de méta cér en oct 2011, des cellules cancéreuses pouvaient être allées ailleurs que dans les os et les poumons.

    Pourquoi ne pas avoir procédé à des scanners cérébraux régulièrement comme les TAP avant que mon cerveau ne soit envahi.

    D’une espérance de vie de plusieurs années grâce à l’herseptine, on m’a condamnée à une durée de vie de 2 ans au mieux sans tenir compte ni de mon âge ni du fait que j’ai 2 enfants de 5 et 9 ans.

    c’est trop tard pour moi, mais j’aimerai que les protocoles évoluent pour les uatres

15 réponses de 16 à 30 (sur un total de 31)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.