Quelle place et quelles attitudes ont les hommes face au cancer du sein de leurs femmes ?

Forums Proches et entourage Quelle place et quelles attitudes ont les hommes face au cancer du sein de leurs femmes ?

Ce sujet a 6 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  Sounion, il y a 4 ans et 7 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #10521

    Giovanna
    Membre

    Une réponse dérangeante sur un post dédié à la sexualité dans le cancer du sein nous conduit à proposer ce forum dédié à la place, au comportement et aux réactions des hommes accompagnants leurs femmes dans la maladie cliquez ici pour en savoir plus

    BD Cancer du sein la place de lhommesPar ailleurs, une bande dessinée élaborée autour du regard et de la place des hommes auprès de leur femme, compagne, sœur, amie ou mère dans cette épreuve, nous offre la question essentielle :
    Cancer du sein, quelle place pour l’homme ?

    Mesdames, vos maris ont-ils toujours été à la hauteur de ce qu’imposait l’événement à vos yeux ? Avec le recul, que conseilleriez-vous aux couples qui traversent cette épreuve ?

    Messieurs, quelles ont été vos premières réactions ? Quels conseils prodigueriez-vous à ceux qui doivent apprendre à appréhender une nouvelle relation tandis que leur femme doit combattre un cancer du sein ?

6 réponses de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Réponses
  • #10525

    Sounion
    Membre

    Dans une étude publiée sur la revue [url=http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19645027]Cancer[/url], les chercheurs du Seattle Cancer Care Alliance ont analysé les statistiques de divorce sur 515 patients (cancers du cerveau ou sclérose multiple) suivis pendant 5 ans du 2001 au 2006. Les résultats ont confirmé ce qui avait déjà été indiqué dans les rares études précédentes : divorce ou séparation touchent environ le 12% des couples dont un membre est atteint de maladie grave. Toutefois, ce qui apparaît très fort est la probabilité 7 fois supérieure qu’un divorce se produise lors que la maladie touche la femme, tandis que seulement 3% des couples se quittent quand c’est l’homme qui tombe malade.
    Des raisons ? Après avoir partagé l’urgence des soins, le mari est impatient de retrouver la vie d’auparavant… ce qui demeure très compliqué pour la femme. Ou bien, comme le dit Coccinelle, l’expérience du cancer a rendu la femme plus forte, plus consciente de ses capacités et cela remet en discussion les équilibres et les attentes dans le couple.
    [b]Quels seraient les pistes à explorer pour éviter la double peine d’une rupture déclenchée par la maladie ? Un soutien psychologique du couple, pourrait-il être envisagé du moment du diagnostique ?[/b]

    #10526

    COCCINELLE
    Membre

    Les femmes qui divorcent après avoir vécu leur cancer sont souvent des femmes qui ont 50 ans et plus. Ce qui n’est pas courant dans notre société, ce n’est pas l’âge où les femmes veulent divorcer, mais où le mari a souvent la crise de la cinquantaine.
    Mais cette épreuve pour la femme non atteinte est pour elle une manière d’exister à nouveau, après 30 ans minimum de vie au foyer, sans autres occupations extérieures, l’écart de cette vie entre le mari et la femme s’est agrandi, bien souvent ils ne sont plus en phase.
    La maladie d’un mari donne à la femme la possibilité d’une nouvelle existence et de revaloriser son image au sein de la famille, car elle viscéralement « mère »
    mais l’homme en revanche ne réagit pas comme cela, il n’assume pas la maladie.
    Allez dans un hôpital, j’ai connu le service des traumas. Dès qu’elle le peut la femme se pomponne, l’homme retombe en enfance, il faut l’obliger à se raser à se laver, de vrais bébés…
    Ce sont les mêmes qui réagissent mal devant le cancer de leur femme… mais là ils prennent le risque d’entendre parler de divorce et la femme dans cette situation n’est pas hésitante… elle fait… bien souvent avec une vie financière moindre, mais plus enrichissante et épanouissante, enfin libre… et avec du temps à rattraper !

    #10527

    Sounion
    Membre

    Une étude récente parue dans le [url=http://www.sciencedaily.com/releases/2008/02/080229105838.htm]Psychological Bulletin[/url] montre que dans un couple où un des partenaires a un diagnostic de cancer, les femmes vivent, en moyenne, plus de détresse que les hommes, indépendamment qu’elles soient la personne qui a la maladie ou la partenaire en santé.
    James C. Coyne de l’Université de Pennsylvanie (États-Unis) et Mariët Hagedoorn de l’Université de Groningen (Pays-Bas) ont analysé 43 études portant sur le sujet.
    « Les femmes ayant le cancer du sein sont, en moyenne, en plus grande détresse que leur conjoint; mais les conjointes des hommes ayant le cancer de la prostate, sont aussi en moyenne en plus grande détresse que ces derniers », concluent les chercheurs.
    Selon une autre recherche américaine auprès de 168 couples mariés, publiée dans le numéro d’avril des Annals of Behavioral Medicine, la santé physique des hommes atteint de cancer de la prostate aurait tendance à être affectée par le faible bien-être émotionnel de leurs épouses.
    « La détresse psychologique des femmes semblent avoir le plus grand impact, qu’elles soient survivantes du cancer du sein ou prennent soin de leur mari souffrant du cancer de la prostate. Si la femme a un niveau plus élevé de détresse émotionnelle, le partenaire a tendance à avoir un niveau plus élevé de problèmes psychosomatiques tout en rapportant rarement de problèmes psychologiques ou émotionnels, dit Youngmee Kim, auteure principale de la recherche.
    [url=http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=21137503]Annals of behavioral medecine, 2009[/url]

    #10522

    COCCINELLE
    Membre

    Mon Oncologue, dit toujours :

    Lorsque c’est un homme à qui j’annonce un cancer, je sais que sa femme sera toujours là, épouse, mère , infirmière , tout ! Tout, trop parfois, mais tout quand même.
    Lorsque que c’est une femme à qui j’annonce un cancer,
    je prends l’homme en charge…

    Bien souvent les femmes qui n’ont pas trouvé auprès de leur conjoint ce qu’elle en attendait dans cette période douloureuse, divorcent. Souvent après 30 ans de mariage les enfants sont élevés, et elles ressentent le besoin de ne vivre que pour elle…

    #10523

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Matinée paresseuse d’un dimanche de long week-end. Une conversation surgit sur la page Facebook de la reine des e-patients, Catherine Cerisey. Un homme vient d’écrire sa rage et son malheur sur le post. « [url=http://catherinecerisey.wordpress.com/2010/04/22/cancer-du-sein-et-sexualite-un-sujet-encore-tabou/]Cancer du sein et sexualité[/url] » de Catherine, il réagit avec virulence à la transformation que la maladie impose à sa vie de couple.
    Les réactions de la communauté ne tardent pas et sont très vivaces.
    La suite : un débat sur la place de l’homme, les attentes de la personne malade, les impacts de la maladie dans la projection d’un couple.
    La maladie engendre des répercussions émotionnelles, psychologiques, sociales et pratiques chez la femme et sur les autres membres de la famille. Les troubles engendrés par le cancer sont souvent éprouvants pour le conjoint, modifiant la relation du couple, les habitudes de vie, le rôle de chacun au sein de la famille ainsi que l’équilibre familial. Le conjoint est souvent perçu comme une source importante de soutien pour la femme. Par ailleurs, les traitements du cancer du sein sont souvent pénibles et peuvent engendrer des conséquences plus ou moins importantes sur le couple, ainsi que des changements corporels qui ont un impact sur l’intimité.
    La dimension du « nous » caractéristique du couple laisse sa place à celle du « moi malade » et du « moi accompagnateur ». La vie du couple s’inscrit dans l’urgence des soins, de leurs effets au quotidien et, à coté de la souffrance du protagoniste, la souffrance du conjoint est réelle, mais souvent autocensurée.
    Dans quelle mesure les conjoints se sentent-ils impliqués dans l’accompagnement de leur proche ? Quelle attente développe la société quant à la responsabilité du conjoint ? Quels sont les obligations que celui-ci estime devoir assumer ? Dans quelle mesure peut-il trouver sa place ? « Pour le meilleur ou pour le pire » est-ce un paradigme valable ?

    #10524

    Sounion
    Membre

    J’ai eu l’occasion de lire le post en question et les réactions produites par les interventions de ce monsieur très politically incorrect mais aussi très banal dans sa démarche.
    La cancer investit la personne et son environnement de façon absolue. Il accentue, fait ressortir les éléments qui caractérisaient auparavant les personnalités, les situations, celles qui étaient évidentes et celles qui demeuraient cachées. Ce qui veut dire que le cancer met en exergue le meilleur et le pire.
    Histoires douloureuses de femmes abandonnées pendant le parcours, d’épouses fatiguées de se sentir un élément dérangeant dans la vie du conjoint, qui prennent leur bagages et s’en vont pour de bon. Histoires de petits et grands égoïsmes mais aussi de tendresse et d’amour renforcé par le chemin du crabe. Histoires d’angoisse de l’image de l’autre qui renvoie sa propre finitude mais aussi de partage, de douceur, d’indifférence face à ces cicatrices, à ces poches, à ces traces qui font de l’autre un être extraordinaire. Avec qui le quotidien peut être bien sûr plus compliqué mais jamais impossible.
    [b]J’aimerais que l’on puisse évoquer ici non pas ce qui est ou a été malheureux, mais ce que l’on a trouvé ou que l’on aurait aimé trouver auprès du conjoint ou de l’entourage.[/b]
    Quelles attitudes nous auraient fait du bien ? Quelles suggestions peut-on donner à ceux qui affrontent cela au présent, aux personnes qui ont des difficultés à appréhender l’avenir sans repères ?

6 réponses de 1 à 6 (sur un total de 6)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.