Quelle place pour le médecin généraliste?

Accueil Forums Relation patient-soignants Quelle place pour le médecin généraliste?

Ce sujet a 26 réponses, 12 participants et a été mis à jour par  CancerContribution, il y a 1 an et 12 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #10403

    Lorema
    Membre

    L’oncologue traite strictement de la pathologie cancéreuse (bilan / thérapeutique à mettre en place / résultats) : même si son approche est humaine, il traite plus un organe qu’une personne, et compte-tenu du nombre de patients que souvent il a, il indique que le suivi par un médecin généraliste entre les consultations d’oncologie est un complément important.

    Mais le médecin généraliste, en tout cas d’après mon expérience personnelle (sur 4 MGs), est plutôt frileux par rapport au cancer : il connaît mal les chimiothérapies et leurs spécificités, et traite « à la demande »: un anti-inflammatoire par ci, un autre médicament par là, petits pansements ponctuels sur nos bobos de chimio.

    Je rêve d’un suivi global continu, où le MG fait vraiment le point, surveille avec vous par exemple le taux de vitamine D, sait comment vous aider pour les effets indésirables sans forcément juste ajouter 3 médicaments de plus… installe des consultations « régulières » entre celles d’oncologie à l’hôpital, pour un vrai suivi global.
    Suis-je la seule à éprouver ce manque et ce besoin?

    Qu’en est-il de la formation continue des MGs en cancérologie?

11 réponses de 16 à 26 (sur un total de 26)
  • Auteur
    Réponses
  • #10420

    kiwfranc
    Participant

    Bonjour
    « Qu’en est-il de la formation continue des MGs en cancérologie ? « 
    Tout médecin généraliste peut se former en cancérologie notamment de part les congrès qui leur sont proposés. Mais cela reste, comme de tout, une démarche personnelle pour le mieux-être de leurs patients.
    A la réponse de sitelle « Le généraliste est un ‘passeur’ :
    Il y a encore des MGs qui malgré leur bonne volonté, n’ont pas toujours accès en temps voulu aux dossiers post-op… de part suite aux lenteurs administratives bien connues. Il faut souvent attendre des mois pour obtenir le moindre compte-rendu et quand il arrive au cabinet du MG, c’est souvent trop tard.
    Il n’y a qu’a voir combien il est difficile même pour un professionnel de santé de pouvoir joindre un confrère par téléphone soit que la secrétaire oppose un barrage soit que le professionnel de santé soit surbooké.
    Je reste persuadée que le MG généraliste, celui qui prend le temps d’écouter son patient, sera à même de faire le lien entre l’oncologue et son patient, à condition que l’on lui en donne les possibilités.

    #10426

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Notre article [url=http://www.cancercontribution.fr/news/les-medecins-maitres-toile-une-association-de-medecins-20.html]Les Médecins Maîtres-Toile, une association de médecins 2.0 ![/url] présente une association de médecins actifs sur le web.
    Depuis plus de dix ans ils utilisent internet comme moyen d’information et de partage, privilégiant le contenu et offrant une ouverture intéressante.
    Est-ce la voie à un nouveau type de relations entre médecins ? Entre patients et médecins ? En jeu, la question de la diffusion des connaissances, mais aussi des relations entre les soignants et les patients. Une solution crédible par rapport à notre sujet relatif au médecin généraliste ?

    #10423

    Sounion
    Membre

    L’expérience d’Hanna est terrible, douloureuse et inacceptable. Il est vrai que l’équilibre entre sur-traitement, sur-diagnostique et prise en charge rapide est parfois compliqué à mettre en place. Il est vrai que les médecins généralistes sont généralement débordés sous un flux continu de personnes.
    Mais il est vrai que l’attitude des certaines médecins généralistes ne va pas à la rencontre de l’intérêt des patients, ni des indications données par les pratiques professionnels.
    A ce propos, un enquête récemment réalisée pour l’Institut national du cancer (INCa) montre que l’implication des médecins généralistes dans le dépistage des cancers est très hétérogène. Seulement 19 % vérifient systématiquement les dépistages des cancers du sein, colo-rectal et du col de l’utérus. Et 29 % ne vérifient systématiquement aucun de ces trois dépistages.
    Qu’en pensez-vous des conclusions de cette étude et quel apport aimeriez-vous trouver auprès du MG?

    #10422

    sitelle
    Participant
    #10421

    sitelle
    Participant

    Il faut mettre les liens dans un post à part, sinon ils sont inactifs…

    #10410

    oui je suis ok avec vous mais je n’ai pas véritablement de proposition car je sais le quotidien de nos médecins généralistes déjà bien rempli. Dans mon centre anti cancer chaque consultation donne lieu à un compte rendu qui est envoyé trés rapidement au MT, c’est déjà un premier relais car bien souvent le médecin généraliste est complétement écarté pendant toutes la prise en charge par les centres d’oncologie. Y’a t il sur la plateforme des médecins qui pourraient nous donner leur ressenti car je pense qu’ils doivent parfois se sentir exclus après le diagnostic.
    peut etre qu’un lien internet entre nos medecins serait profitable. La proximité à mon avis favorise aussi les relations avec les medecins.
    Les medecins generalistes ne pourrait il pas integrer les réunions pluridisciplinaires ou se prennent les décisions concernant les patients.

    #10406

    Je pense surtout qu’au moins une entrevue entre l’oncologue et le médecin généraliste serait la bienvenue. Histoire que le généraliste soit davantage informé de notre traitement spécifique. Au début, à chaque fois que j’avais un petit microbe, mon médecin sautait sur le vidal pour savoir s’il n’y avait pas de contre indication. Mes infirmiers qui pratiquent les perfusions à mon domicile se sont documentés sur internet pour connaître parfaitement les effets secondaires d’herceptin. Le cancer et ses traitements sont tellement vastes qu’un généraliste ne peut pas tout connaître. Il serait bien qu’on se sente pris en charge par une équipe communicante.

    #10407

    oui il y a fort à faire pour que le MG devienne un véritable partenaire dans les soins que nous recevons.
    Pour moi il ne m’a « servit » que pour l’administratif. pour le reste je me suis débrouillé et qd j’ai fait mon aplasie un 24 décembre j’ai eu à faire à un remplaçant qui avait encore plus peur que moi et qui (si je n’étais pas déjà partie pour le réveillon) aurait voulu m’hospitaliser………. totalement déconseillé par mon oncologue, car il y a plus de microbe à l’hopital que chez moi. De plus je n’ai pas eu droit à une consult à domicile, il a fallut que je me déplace au cabinet ,en pleine épidémie de grippe!!!! vraiment top en aplasie!!!
    quand à la formule du Forfait……… je ne suis pas pour on sait très bien aujourd’hui que les forfaits entraînent à mon avis une surdépense sans amélioration du soin: on prend le forfait et on ne passe pas plus de temps puisque de toutes façons les MG ne savent pas répondre à la problématiques des maladies cancéreuses.
    Je pense qu’une entrevue entre les medecins pourrait etre une bonne idées mais je vois mal les medecins traitants déjà débordés trouver en plus du temps pour rencontrer les oncologues, sans compter la distance qui parfois sépare le lieux de vie du lieux de prises en charge (80km ds mon cas)

    #10408

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Bonjour Martine,
    la question est précisément : comment faire pour que les MG puissent mieux répondre à la problématique des maladies cancéreuses. Il n’y a pas de fatalité, nous pouvons réfléchir en commun, et avec eux, pour améliorer les choses. Vos suggestions sont les bienvenues.

    #10409

    Zaza
    Membre

    Je trouve, moi aussi, que la question du rôle du généraliste se pose et mériterait qu’une véritable réflexion se fasse autour de ce sujet par toutes les personnes impliquées dans le soin. Je pense que le médecin généraliste devrait être un véritable partenaire de l’oncologue.
    Je suis suivie par un oncologue qui est très compétent mais qui ne peut me consacrer que très peu de temps à chaque consultation. Alors, il n’aborde que l’aspect « technique » de la maladie et de son suivi, mais l’aspect humain et psychologique est souvent absent. Il est également très peu disponible pour la gestion des effets secondaires de mon traitement.
    Mon généraliste est plus disponible, mais il n’a pas les mêmes compétences pour traiter les problèmes liés aux effets secondaires et il n’ose sans doute pas prendre des décisions quant à un éventuel changement de molécule.
    Je trouve que l’absence totale de contacts (même simplement téléphoniques) entre ces deux médecins est préjudiciable dans ma prise en charge.
    J’aimerais savoir si d’autres patient(e)s sont confronté(e)s à cette situation et quelles solutions elles imaginent pour améliorer cela et je voudrais proposer aux médecins généralistes et aux oncologues qui consulteront ce forum de nous dire s’ils voient un moyen possible pour faire en sorte qu’il y ait un véritable partenariat entre les médecins. Je pense que ce sujet mériterait que des tables rondes soient organisées avec des patients et des soignants. Merci d’avance pour vos commentaires !

    #10405

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Ces remarques montrent bien que nous pouvons améliorer le système. Que penser par exemple de la rémunération des médecins, à l’acte ? Est-ce que vous ressentez que c’est compatible avec un suivi de votre maladie ? Pensez-vous qu’une rémunération forfaitaire, pour chaque patient atteint d’une maladie de longue durée, améliorerait les choses ?

11 réponses de 16 à 26 (sur un total de 26)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.