Une formation psychologique doit-elle être comprise dans les études de médecine ?

Accueil Forums Annoncer la maladie Une formation psychologique doit-elle être comprise dans les études de médecine ?

Ce sujet a 3 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  sitelle, il y a 4 ans et 5 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #10883

    sitelle
    Participant

    Devant les difficultés du dispositif d’annonce, il semblerait opportun de faire la part plus belle à la formation psychologique des étudiants en médecine. Trop souvent, ils sont désarmés devant leurs patients, lesquels remettent pourtant leur destin entre leurs mains.

    L’annonce de la maladie est généralement prononcée par ceux qui auront la tâche de la soigner. Sont-ils préparés pour cela ?
    Quelle est la réalité de cette étape fondamentale du traitement du cancer ?

3 réponses de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Réponses
  • #10884

    isa
    Membre

    La réalité de cette étape fondamentale du traitement du cancer est un échec !
    Je parle en connaissance de cause ! Les oncologues n’ont aucune formation psychologique et parfois cela peut être dramatique ! Comment voulez-vous démarrer un long combat avec force quand en face de vous vous avez des oncologues qui se dégage de toute implication avec légèreté. La solution pour eux c’est de s’échapper derrière leurs protocoles, sans explication profonde et surtout sans aucun soutien en gardant une distance et une froideur qui vous glace avant même de commencer le combat…

    Il ne s’agit pas de sortir les mouchoirs et de pleurer avec nous, il s’agit de faire la part des choses !!! Un peu d’humanité quand vous savez que nos vies sont entre vos mains… demain, ce pourrait être un des vôtres…

    #10885

    Cancer Contribution
    Admin bbPress

    Le sondage de la semaine du 22 au 28 novembreportait sur le sujet suivant : « Pensez-vous que la dimension psychologique soit suffisamment prise en compte dans le traitement du cancer ? ». 56% d’entre vous ont répondu « non, pas du tout », 22,2% « non, mais comment pourrait-il en être autrement ? », 16,7% « oui, étant donné le contexte », 5,6%, « oui, complètement ».
    Une large majorité d’entre vous estime donc que la dimension psychologique n’est pas suffisamment prise en compte dans le traitement du cancer.
    1/ Quels sont les aspects défaillants (annonce, traitements, suivi, etc.) ?
    2/Quelles solutions ou aménagements suggèreriez-vous ?[

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 ans et 5 mois par  cool@n-3rd.com.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 ans et 5 mois par  CancerContribution.
    #10886

    sitelle
    Participant

    Pour éviter ce genre de maladresse (http://www.cancercontribution.fr/root/forum-libre/la-fin-de-vie-quand-tout-a-echoue.html%5D%5Bi%5Dou d’inhumanité/) ]il serait peut-être souhaitable que soit développé un module [b]’psychologie'[/b] ou ‘la façon de traiter son malade’ selon les situations, dans le cursus final des études de médecine. Car si certain jeunes médecins pas encore blasés restent humains, et prennent à coeur la détresse du patient ou des proches ce n’est pas le cas de tous.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 ans et 5 mois par  cool@n-3rd.com.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 ans et 5 mois par  CancerContribution.
3 réponses de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.