Giovanna

Toutes mes réponses sur les forums

2 réponses de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Réponses

  • Giovanna
    Membre

    Sur la mastectomie et la chirurgie réparatrice, finalement des chiffres. Du Parisien du 06.10.11:
    « Près des trois quarts des femmes ayant subi une ablation du sein après un cancer (70%) choisissent de ne pas se faire reconstruire, selon une étude réalisée à l’Institut Curie, diffusée jeudi 6 octobre. Pour la majorité des femmes interrogées (80%), il s’agit d’un choix entièrement personnel.
    Interrogées sur les raisons qui ont pu les pousser à ne pas se faire reconstruire, les sondées réfractaires évoquent avant tout le besoin d’éviter une nouvelle opération (56%).
    Suivent l’acceptation de l’asymétrie de leur corps (38%), la peur du risque de complications (29%), ou encore l’âge avancé des patientes (25%).
    Cette étude a été réalisée à l’Institut Curie auprès d’un échantillon de 1.937 patientes ayant subi une ablation du sein entre janvier 2004 et décembre 2007. Un questionnaire a également été envoyé à 10% des patientes n’ayant pas eu de reconstruction (132 patientes) pour décrypter leurs raisons. »
    Amazones, pour la plus part silencieuses, qui assument leur choix de femmes.


    Giovanna
    Membre

    merci Alinea de cette belle contribution…l’idée d’une cartographie corporelle mouvante, à redécouvrir, est très intéressante. Et très forte la confirmation d’être aimée par 1000 d’autres raisons que celle d’avoir deux seins.
    Par ailleurs, la représentation de soi passe forcement par le regard de l’autre. D’une part, chaque personne est impactée subjectivement par l’ablation, selon son histoire, sa personnalité, ses fonctionnements.
    D’autre part, même quand on assume complètement son propre vécu (ce qui n’est pas forcement obligé), la surprise de l’asymétrie dans une relation qui commence peut effectivement être anticipée avec beaucoup d’angoisse. Le dire ou ne pas le dire et attendre le moment venu? Faire confiance à l’autre au prix de trouver un mauvais accueil et subir le regard surpris?
    « [i]Au partenaire de décider s’il accepte ou pas, s’il aime ou pas, s’il surmonte l’épreuve ou pas[/i] »…comment éduquer l’autre à ne pas se sentir libre d’accepter ou ne pas accepter, mais simplement à aimer?

2 réponses de 1 à 2 (sur un total de 2)