martine halize

Toutes mes réponses sur les forums

9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Réponses
  • en réponse à : Le cancer, une maladie chronique ? #11260

    oui de toute façon le cancer devient une maladie chronique dans le meilleur des cas, et cette épée de Damoclès est particulièrement présente les jours précédent les contrôles. pour moi, c’est un petit comprimé blanc qui tous les matin depuis plus de trois ans me rappelle que le cancer a croisé ma vie….. Mais perso j’ai beaucoup de mal à accepter que c’est un mal pour un bien,j’aimerai le prendre avec « joie » en me disant que c’est grâce à lui (le petit comprimé blanc)que pour l’instant tout va bien……. mais là je n’y arrive pas!!
    en tout cas malgré et avec l’expérience du cancer? je continue aussi de travailler.

    en réponse à : Les mots pour le dire #11128

    L’annonce!!!!
    En premier lieu je suis infirmière donc censée…
    Pour moi ce fut la radiologue qui au cours de l’écho, après m’avoir dit qu’il y avait quelque chose de « pas normal », m’assomma avec « parlons cancer puisque cancer il y a… » avant toute biopsie ! Et moi de lui répondre « eh ben je ne suis pas ds la M… »!!! j’étais vraiment très en colère et pour cause ! En plus, dans la discussion elle m’a dit en avoir « vendu trois dans la semaine » ! Si, si, c’est véridique et quand je lui en ai reparlé quelques mois plus tard elle s’est justifiée… mais je continue de la voir tous les ans pour la mammo de contrôle, car j’ai confiance en elle ! 🙂 pas diplomate mais efficace
    puis le chirurgien qui m’annonce que pour lui pas d’hésitation c’était un cancer à 100% mais comme il n’était pas dieu le père, il me laissa 5% d’espoir et comme je ne voulais pas de biopsie avant, me dis: « alors en septembre on vous operera comme il y a 30 ans!!! »
    puis de nouveau le chir « consultation d’annonce » suite à la biopsie……. je ne m’en rappelle plus …… mais ce jour là j’ai mangé du crabe et comme c’était au mois d’Aout……. pas de consultation post annonce
    et enfin l’oncologue…… adorable qui a pris le temps de m’écouter, qui m’a bien expliquer ou j’en étais et qui me suis depuis. J’ai refusée de retourner voir le chir, rien à lui dire et pas écoutant!!
    pas vraiment de medecin traitant présent c’était en Aout……

    Oui bien sur je pense qu’il faudrait des menus bio dans les établissements de santé et encore mieux, des menus de bonne qualité !
    Personnellement quand je voyais mon repas le soir du bloc : soupe purée de pomme de terre, jambon, yaourt… c’est pas ce que j’appelle un menu revivifiant !
    Les menus hospitaliers sont bien trop riches en protéines et en produits laitiers.

    en réponse à : Dépistage du cancer du sein : quelle politique adopter? #10683

    @sounion
    je ne peux m’empêcher de réagir sur la dernière phrase de l’article:
    « Dans quelle proportion le dépistage contribue-t-il à la baisse de mortalité (11% selon l’OMS: http://www.bmj.com/content/341/bmj.c3620), par rapport au bon pronostique de la maladie, à l’efficacité des traitements, à la facilité de l’accès aux thérapeutiques et à la modification des facteurs de risque dans le temps? »
    en fait le cancer du sein ce n’est qu’une petite grippe, bon pronostique, facile à soigner………… du grand n’importe quoi!!!! ( on voit qu’elle n’est pas passée par la, et je ne lui souhaite pas mais bon……..)
    donc si Mme la ministre est capable de dire des inepties pareilles que penser du reste.
    Personnellement je ne suis pas une acharnée du dépistage systématique par mammo.
    De la prévention en premier lieu afin de diminuer les cas de cancer du sein.
    Lever les tabous et en parler.
    La relation patients / medecins me parait primordial ds le dépistage de façon à faire des mammo à bonne escient.car si on pousse plus loin 2 ans c’est long ebtre 2 mammo. Une amie avait passé une mammo prescrite par son MT 6 mois avant de recevoir son bon de dépistage systématique…. après hésitation elle y va qd même et là……… un cancer agressif qui avait doublé entre la mammo et l’opération. Que serait il advenu si elle avait attendu 2 ans?
    Nous avons cette grande chance de pouvoir en bénéficier mais pour moi c’est loin d’être la première arme anticancer

    en réponse à : Quelle place pour les médecines complémentaires ? #10613

    validation d’études scientifiques…….. encore faudrait il qu’elles existent!!!
    Je suis une fervente adepte des médecines complémentaires ET alternatives. J(en ai tellement utilisée que je ne pourrais toutes les citées!!
    A quand de vrai études, sur ce qu’on ne connait pas?
    Catherine, pour la chroma-thérapie il y a plus de 20 ans que mon médecin l’utilise, et elle m’a beaucoup aidé au décours d’un « stress anxio-dépréssif ». Au début, le médecin l’employait pour mes enfants ds les pb ORL, je n’y croyais pas vraiment, mais bon….. pourquoi pas? et puis je l’ai utilisé et là j’en ai vraiment ressenti tous les bienfaits. (dans une entorse, sur une plaie,aide psy, et dans les douleurs post radiques de l’épaule.
    Une enquête a été faites par l’asso M.I.S.S. sur l’utilisation des medeceines ( si complémentaires doit s’opposer à alternatives alors je ne sais plus comment les appeler!!!….) douces par opposition à allopathie……. les ttt ne sont pas vraiment « doux ».
    J’ai utilisé tout l’arsenal thérapeutique que je connaissais avec l’avis de medecins chevronnés dans ces traitements ( parfois 4rdv medicaux ds la semaine!!!…).
    J’ai traversé cette épreuve non pas facilement, mais je dirais avec moindre mal.
    aujourd’hui je suis en forme si ce n’était les effets indésirable du tamox que je n’ai pas eu la « force  » de refuser malgré mon envie très grande.

    La méditation et les relaxation m’ont aussi bien aidées et ême persuadée que c’est bon pour moi……. c’est comme le sport……. je n’y arrive pas régulièrement, loin s’en faut!!
    Il existe un livre « cancer et médecines complémentaires ou alternatives » je ne me souviens plus et ne le retrouve pas!!! encore un livre en vagabondage!!!…..

    J’ai beaucoup souffert au début de la maladie de cette opposition entre les differentes alternatives possible. Je me sentais obligé de choisir l’une ou l’autre…… et je n’y arrivais pas.
    J’ai donc décidé de les associer, de les considérer comme apposable et non comme opposable. Et à partir de ce moment là je me suis senti en harmonie avec mon ressenti et en accord avec ce que je vivais et c’est bien là à mon avis que réside la question : sentir ce qui est juste pour SOI et non pour le voisin. car il y a des millions d’individus et des milliers de cancers et on voudrait une seule solution!!!…… pour l’instant et encore pour un moment il n’y a pas de Solutions unique au cancer….. (ça se saurait!!!) alors à chacun sa route avec l’aide thérapie reconnue ou pas!!!

    en réponse à : Avez-vous été victime d’un charlatan ? #10500

    je suis très déçue de ce forum à sens unique………
    j’ai pour ma part utilisé de nombreuses pratiques non conventionnelles lors de l’expérience du cancer et je ne me suis jamais senti arnaquée ou en danger.
    pourquoi ne pas donner aussi la parole à tous ceux et celle qui utilisent ces techniques et qui s’en porte pas plus mal.
    je pense que continuer à opposer toutes ces technique au lieu de les apposer ne peut que conduire à des réactions dangereuses en effet d’abandon de traitement.
    si on pouvait en parler avec les praticiens on serait surement moins enclins à se faire arnaquer par les quelques vendeurs de miracles.
    ces techniques existent depuis si longtemps et jamais une étude sérieuse ne les a prises en compte.
    j’ai même transmis une fiche de l’asso MISS à mon oncologue pour qu’elle soit intégrée dans mon dossier.
    Il est parfois juste de regarder ailleurs.

    en réponse à : Maman de jeunes enfants et traitements #10509

    oui c’est tout à fait une suggestion à faire remonter.
    L’idéal serait qu’il existe un système de prise en charge à domicile pour les jeunes enfants. Car c’est quand même mieux à la maison, mais après tout à l’hôpital ça pourrait être aussi la possibilité pour les enfants d’être entendu.

    en réponse à : Quelle place pour le médecin généraliste? #10410

    oui je suis ok avec vous mais je n’ai pas véritablement de proposition car je sais le quotidien de nos médecins généralistes déjà bien rempli. Dans mon centre anti cancer chaque consultation donne lieu à un compte rendu qui est envoyé trés rapidement au MT, c’est déjà un premier relais car bien souvent le médecin généraliste est complétement écarté pendant toutes la prise en charge par les centres d’oncologie. Y’a t il sur la plateforme des médecins qui pourraient nous donner leur ressenti car je pense qu’ils doivent parfois se sentir exclus après le diagnostic.
    peut etre qu’un lien internet entre nos medecins serait profitable. La proximité à mon avis favorise aussi les relations avec les medecins.
    Les medecins generalistes ne pourrait il pas integrer les réunions pluridisciplinaires ou se prennent les décisions concernant les patients.

    en réponse à : Quelle place pour le médecin généraliste? #10407

    oui il y a fort à faire pour que le MG devienne un véritable partenaire dans les soins que nous recevons.
    Pour moi il ne m’a « servit » que pour l’administratif. pour le reste je me suis débrouillé et qd j’ai fait mon aplasie un 24 décembre j’ai eu à faire à un remplaçant qui avait encore plus peur que moi et qui (si je n’étais pas déjà partie pour le réveillon) aurait voulu m’hospitaliser………. totalement déconseillé par mon oncologue, car il y a plus de microbe à l’hopital que chez moi. De plus je n’ai pas eu droit à une consult à domicile, il a fallut que je me déplace au cabinet ,en pleine épidémie de grippe!!!! vraiment top en aplasie!!!
    quand à la formule du Forfait……… je ne suis pas pour on sait très bien aujourd’hui que les forfaits entraînent à mon avis une surdépense sans amélioration du soin: on prend le forfait et on ne passe pas plus de temps puisque de toutes façons les MG ne savent pas répondre à la problématiques des maladies cancéreuses.
    Je pense qu’une entrevue entre les medecins pourrait etre une bonne idées mais je vois mal les medecins traitants déjà débordés trouver en plus du temps pour rencontrer les oncologues, sans compter la distance qui parfois sépare le lieux de vie du lieux de prises en charge (80km ds mon cas)

9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)