Le langage du cancer

Le « crabe », « combattre contre le cancer », un « mal terrible » : parler du cancer et informer de façon précise et sensible n’est pas simple…et des conseils sont toujours utiles !

À propos de la « guerre au cancer » et du « parcours du combattant », beaucoup a été dit (même dans notre forum). Pourtant, parler du cancer avec un autre langage, sans stigmatiser ou désinformer, n’est pas évident.

Pour cette raison, en Australie, a été publié un guide à destination des media « pour écrire à propos du cancer ».

guidelinesRédigé en collaboration avec des malades, leurs proches et des soignants, ce guide invite à parler de « personnes atteintes du cancer », plutôt que de « patients » ; à faire la différence parmi les cancers, avec leurs spécificités et leurs traitements ; à éviter l’omniprésente métaphore guerrière au profit de l’évocation d’un voyage.

*** Plus d’exemples, ICI.

Plusieurs des termes que le guide propose concernent les personnes ayant connu le cancer ; si le terme de « survivors » n’apparaît pas parmi les mots à bannir, ni parmi les mots à utiliser (un grand oublié de la liste), d’autres définitions sont proposées :  personnes « qui vivent avec et après le cancer », « qui ont été touchées par le cancer », « qui ont une expérience du cancer »…la multitude d’expressions identifiées invite à la réflexion sur le nombre grandissant de personnes qui connaissent un « après le cancer ».

S’agit-il d’un signe que ces personnes sont bien plus que des « survivors » et qui sont en quête d’une identification linguistique ainsi que d’un positionnement dans la société ? Le débat est ouvert.

 

Laisser un commentaire