« Médecine narrative » ?

L’équilibre des choses