TemA Cancer : Cancer et impacts financiers, une double peine

Dans l’analyse des contributions reçues, un des éléments souligné est l’impact financier de la maladie : les témoignages confirment la paupérisation des personnes touchées par le cancer.

Depuis l’entrée dans le parcours de soins, des retards dans la prise en charge au 100% obligent les malades à « affronter les problèmes financiers en plus de la maladie elle-même » :

 Maintenant la sécurité sociale : je n’ai pas été payée durant plus de 6 mois car ils avaient perdu mes papiers (…) Sans parler du fait qu’ils stoppent vos droits et vous casent en invalidité sans vous prévenir… (…) Alors je dis oui, lorsque l’on est atteint d’un cancer on doit se battre contre la maladie mais aussi contre les problèmes financiers, surtout lorsque l’on est maman de 3 enfants et divorcée, contre les violences morales faites par certains employeurs et contre les préjugés sur le fait « d’être pris en charge à 100% ». Il faut en passer par là pour comprendre qu’il est souvent plus dure d’affronter les problèmes financiers que la maladie elle-même, nous ne sommes pas assez aidé et soutenue sur ce point.

Des dépassements d’honoraires et des avancements de frais importants sont aussi signalés à plusieurs reprises et l’adhésion à une mutuelle parfois n’est pas suffisante à couvrir les frais. Ce constat a été paradoxalement renforcé par l’introduction des Contrats d’Accès aux Soins qui étaient censés réduire les dépassements d’honoraires et qui ont, au contraire, contribué à les généraliser, car tous les médecins signataires d’un Contrat d’accès aux soins sont aujourd’hui autorisés à en pratiquer. A ce sujet, le témoignage d’Isabelle de Lyon dans le blog « La Gniaque » est éclairant. 

J’étais affilié à la mutuelle de mon père. En province il y a moins de dépassement d’honoraire du coup la mutuelle ne les prenait que très peu en charge. Mes parents ont dû payer pas mal de frais pour moi.

Le radiologue m’annonce que je dois prendre rendez-vous dans les dix jours (« Vous ne devez pas attendre plus longtemps») pour la biopsie d’un nodule suspect dans mon sein droit. Ce que je fais. Tout en avançant les frais de l’examen pour ne pas avoir à attendre, comme on me l’a conseillé, déjà assez inquiète. (…). Pour être opérée rapidement, j’avance 2 000 euros d’examens, de soins, de médicaments. Les patients qui n’en ont pas les moyens doivent-ils repousser leur intervention (pas de rendez-vous de scanner thoraco-abdominal avant un mois à l’hôpital pour le bilan pré-opératoire, avance de la mutuelle, quand on a la « chance » d’en avoir une, etc.) ?

Par ailleurs, le reste à charge et le dépassement d’honoraires concernent aussi l’achat de certains produits, notamment ceux qui se révèlent nécessaires pour contrer les effets secondaires des traitements :

Problème de remboursement de certains produits selon les pharmacies; certaines pratiquent un tarif supérieur non remboursé.

On a une prise en charge à 100% certes, mais sur les traitements, lorsque vous avez subi une ablation comme moi et que vous ne pouvez pas vous faire reconstruire de suite car vous avez des rayons, la prothèse externe n’est quasi pas prise en charge. Mais le pire c’est les soutiens-gorge et maillot de bain : eux c’est de votre poche et ils sont super chers du moins si vous voulez que la prothèse tienne à l’intérieur. Sans parler des produits cosmétiques en tout genre, car avec les chimios vous ne pouvez pas utiliser des produits bas de gammes, donc il faut acheter ou en pharmacie (…) et ça aussi c’est de votre poche : les crèmes prescrites pour la desquamation dû aux chimios, de votre poche, le savons intime car vous avez de graves sécheresse dues aux chimios, de votre poche…. Alors laissez-moi rire quand j’entends « oh, ça va tu es prise en charge à 100%…. »

La prise en charge de ces « à côtés » a déjà été évoquée dans notre forum Les malades touchés au portefeuille :

Il faut militer pour revoir le 100%. Si on est couvert pour les soins hospitaliers, chimio et radiothérapie, ce n’est pas le cas pour les «à côtés» et ils sont nombreux. Que ce soit : psy, podologue, ostéopathe… (Nolme)

La prescription des transports et de sa prise en charge, est aussi un aspect sensible :

Problème avec les feuilles de transport depuis un mois. Il faut une feuille pour l’allée qui doit être prescrite avant le rdv (alors que l’on ne connait pas forcement la date) et une pour le retour sinon nous ne sommes pas remboursés alors qu’il a bien fallu se rendre à ce rendez-vous.

Et ces questions ne s’arrêtent pas avec la fin des traitements : l’après cancer est aussi impacté par une remise en question des conditions économiques:
Il est un temps pour tout, maintenant c’est celui de l’ après-cancer. J’ai dû prendre ma retraite pour restriction à la recherche d’emploi. La maladie fragilise économiquement. C’est cela que je vais avoir à gérer maintenant tout en pratiquant le carpe-diem. Un exercice délicat…
 
Vous souhaitez réagir ou partager votre expérience ? Vous pouvez le faire ICI ou nous écrire à l’adresse contact@cancercontribution.fr.

_____________________________________________________________

TemA Cancer (Témoigner pour améliorer la prise en charge du cancer) 

 Date de publication : 2016-04-14

Dernière mise à jour : 2017-01-31

 

 

Laisser un commentaire