Travailler malgré le cancer

cancer et travail

De plus en plus de personnes vivent avec et après un cancer. Parmi elles, nombreuses sont celles qui sont en activité au moment du diagnostic.

 

Au-delà de l’évolution de la législation relative à la protection juridique des salariés pendant et après les traitements, un vide reste donc à combler dans la démarche humaniste de l’employeur.
Comment les entreprises anticipent-elles ces situations qui perturbent leur organisation ?
L’accompagnement des salariés malades dépasse la médecine du travail et appelle des stratégies de communication et de management délicates.

Le diagnostic d’un cancer bouleverse la vie à bien des égards, jusqu’à l’identité même de la personne.   Dès lors, l’activité professionnelle pendant la maladie (selon l’emploi occupé et la nature des traitements) et après la maladie, est une composante majeure de la préservation de l’équilibre, des relations sociales et d’une bonne image de soi.

Une attente légitime donc, en même temps qu’une étape essentielle de la guérison, dont le Plan Cancer 2014-2019 a fait une priorité.

Pourtant le cancer (sa résonance avec la mort) fait figure de fausse note dans la sphère professionnelle. Et si la loi prévoit plusieurs dispositifs qui prennent en compte l’état de santé des salariés,  les employeurs avouent souvent manquer de repères pour aborder la question du cancer dans sa dimension humaine et psychologique, singulièrement au niveau des émotions et des relations entre les personnes.
Entre respect de l’intimité et proactivité, la juste mesure relève d’une forme de management « sur mesure » fondée sur des constantes de vigilance et d’attention.

 

Liens vers:
La gestion des ressources humaines : une mission à la croisée des chemins
Cancer : la culture du coaching en entreprise
Une charte d’entreprise pour les salariés atteints de cancer

 

Sylvie Favier

 

Laisser un commentaire