Cancer et Covid-19 : Réponses aux préoccupations des personnes touchées par un cancer par le Pr Fabrice Barlesi et le Dr Paul Cottu lors de l’émission AlloDocteur du 24 mars sur France 5 ?

Nous avons recensé un nombre de questions de la part des personnes qui souffrent d’un cancer sur leur traitement qu’il ait été allégé ou maintenu dans le contexte du coronavirus. Le système immunitaire est-il fragilisé par les traitements ? Faut-il continuer à se rendre à l’hôpital ? Suis-je plus à risque face à l’épidémie Covid-19 ? La prise en charge de mon cancer est-elle la bonne ? Comment me protéger quand je suis en aplasie ?
Le Pr Barlesi, cancérologue et directeur médical de Gustave Roussy spécialiste du poumon et le Dr Cottu, chef adjoint du département d’oncologie médicale à l’Institut Curie répondent à Marina Carrère D’Encausse.

En synthèse voici les éléments de réponses données lors de l’émission :

Comment se passent les visites à l’hôpital  ?

  • Pas d’accompagnement possible, l’accompagnant est invité à resté à l’extérieur
  • Évaluation des symptômes évocateurs de Covid-19 (fièvre, toux, …)
  • Des mesures barrières sont mises en place : gel hydroalcoolique ou lavage des mains…
  • Par exemple à Gustave Roussy, une quinzaine de personnes accueillent les malades et leurs proches, expliquent les mesures barrières, donnent et expliquent le port du masque et le lavage des mains au gel avant l’entrée dans l’hôpital.
  • Les salles d’attentes sont adaptées pour garantir l’éloignement entre les patients.

Y-t-il plus de risque pour les personnes ayant un cancer ? Quelles sont les protections à prendre ?

Les masques, le lavage des mains, les mesures barrières, le confinement, le transport individuel permettent de réduire les risques.

Les personnes sortant d’une radiothérapie ou après chimiothérapie sont-elles plus à risque ?
Le décalage des chirurgies, des biopsies ?

Chaque personne et chaque situation est unique et se discute avec son médecin.
Dans la période immédiate après un traitement, il est probable que le risque soit plus élevé mais une fois à distance probablement qu’il n’y a pas plus de risque. Cela dépend aussi des autres facteurs de risques et comorbidités (diabète, pathologies cardiovasculaires).

Peut-on repousser les séances de chimio pour rester chez soi pendant l’épidémie ?

Encore une fois c’est une discussion au cas par cas, et ça dépend de la longueur de ce décalage. On peut considérer qu’un décalage d’une semaine à deux semaines dans la majorité des cas a un impact modeste et limité sur la prise en charge de la maladie. L’ensemble des oncologues a réfléchi aux bénéfices des traitements, aux risques de ces traitements, notamment la longueur de l’aplasie (c’est-à-dire le moment où on est le plus fragile) et de décider de décaler ou pas ces traitements. Une partie des traitements ont été décalés. Par exemple sur Gustave Roussy 20% des traitements ont été décalés.

L’immunothérapie augmente-t-elle le risque d’infection au Covid-19 ?

L’immunodépression est un facteur de risque d’infection.
Aujourd’hui il n’y a pas d’élément scientifique qui permette de se prononcer sur les immunothérapies, donc aujourd’hui c’est encore une fois une décision entre le médecin et son patient, sachant que la vie de ces médicaments dans le corps (demi-vie) est assez longue, donc décaler d’une semaine ou deux ne devrait être sans conséquence sur la prise en charge de la maladie.

Mes séances de chimio sont interrompues j’ai confiance en mon médecin mais je m’inquiète de la progression des métastases ?

Il y a plusieurs choses mises en place pour rassurer les patients, la téléconsultation pour discuter des choix thérapeutiques avec son oncologue et un soutien psychologique. Pour les patients à un moment où on a beaucoup de questions, même si on a compris le rationnel scientifique d’une décision on a besoin d’être soutenu.

Comment ça se passe pour les patients hospitalisés ?

Les patients hospitalisés en fin de vie et en pédiatrie ont l’autorisation de voir un proche, les autres patients n’ont pas le droit de se faire accompagner, les gens comprennent extrêmement bien les enjeux

Les RDV de mammographie de dépistage sont-ils maintenus ?

Pour éviter les déplacements, le dépistage est aujourd’hui diminué. En revanche, si il y a des symptômes, les examens sont à réaliser.

Le coronavirus peut-il provoquer un cancer des poumons (puisqu’il les fragilise) ?

On n’a peu de données dans ce domaine mais c’est peu probable compte-tenu des données actuelles.

Les patients avec un cancer des poumons sont-ils encore plus fragilisés que les autres ?

Là encore il y a peu de données sur le risque d’avoir covid19 mais il semblerait dans quelques études chinoises et italienne ce risque d’avoir des formes plus sévères est plus décrit.

Soignée depuis 4 ans pour un cancer du sein je suis tamoxifène et j’ai des problèmes cardiaque, ai-je plus de risque face au Covid-19 ?

Le tamoxifène, hormone qui permet d’éviter une récidive, n’a pas d’effet immunosuppresseur, mais du fait de la fragilité liée à la maladie et à un traitement relativement récent, même si après 3 ans on a déjà une récupération au niveau immunitaire, il faut être prudent et surveiller les symptômes.

Si on suit une hormonothérapie est-ce qu’il faut faire une pause dans le traitement ?

Il ne faut rien arrêter sans en parler à son médecin, ni prendre d’autre traitement sans l’avis de son médecin.
Il n’y a aucune raison aujourd’hui d’arrêter l’hormonothérapie sauf si un traitement additionnel devait être mis en place et qu’il y a un risque d’interaction.

N’hésitez pas à nous faire remonter vos questions et préoccupations en commentaire de cet article ou sur nos réseaux sociaux afin que nous puissions continuer à vous répondre.

Prenez soin de vous,
Suivez les conseils de votre oncologue,
#RestezChezVous !

L’émission diffusée le 24 mars reste disponible en replay jusqu’au 23 avril 2020 : bit.ly/AlloDoc24mars