Cancer & Chirurgie

La chirurgie d’ablation d’une lésion cancéreuse est un acte très fréquent. Des critères de qualité existent. Pourtant des patients nous rapportent être démunis pour choisir le centre qui va les opérer.
On ne sait pas si cela est source d’inégalités dans la prise en charge et on mesure mal le ressenti de cette étape majeure du parcours de soins ni les éléments qui pourraient être améliorés du points de vue des patients.

A travers ce sondage nous essayons de comprendre quel est le vécu de la chirurgie par les malades du cancer en 2020.
👉 lien vers l’enquête

La chirurgie d’exérèse ou d’ablation est aujourd’hui encore le traitement principal des cancers. Le but peut être varié : diagnostiquer, enlever ou réduire la lésion tumorale, soulager les symptômes. Souvent pratiquée au début du parcours dans la maladie elle peut s’accompagner d’un traitement adjuvant, post-opératoire, ou suivre un traitement néo-adjuvant, pré-opératoire, pour réduire la taille de la lésion cancéreuse à retirer. Ainsi, elle peut être proposée seule ou associée à une radiothérapie ou un traitement médicamenteux comme la chimiothérapie. Nous n’aborderons pas dans cet article ni dans ce sondage la chirurgie reconstructive.

La chirurgie a beaucoup évolué en termes de pratique avec les avancées scientifiques et technologiques. Elle est de plus en plus réalisée en ambulatoire. La qualité des actes de chirurgie en fonction du type de tumeur est très souvent codifiée et évaluée sur des critères issus de la recherche (complète ou incomplète, marges de chirurgie, taux de récidive, séquelles ou impact sur la qualité de réhabilitation post chirurgie…).

Les centres hospitaliers et les cliniques qui pratiquent la chirurgie du cancer, doivent « être autorisés ». Cet agrément est accordé en fonction de critères réglementaires à respecter dont celui du nombre d’actes réalisés par an. L’activité minimale annuelle de l’établissement est fixée à 30 interventions par an pour la chirurgie des cancers du sein, des cancers digestifs, urologiques et thoraciques et à 20 interventions par an pour la chirurgie des cancers gynécologiques, ORL et maxillo-faciales. Il n’y a pas de seuil minimal pour la chirurgie des autres types de cancer. L’objectif est de donner accès à une chirurgie de qualité sur l’ensemble du territoire.

La mise en place de réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) est également une obligation de qualité. La décision de proposer une chirurgie (et le type de chirurgie optimale) se fait souvent de manière collégiale et pluridisciplinaire et s’inscrit dans une approche thérapeutique globale et personnalisée, qui peut comporter l’association à d’autres thérapeutiques (chimiothérapie, immunothérapie, hormonothérapie, radiothérapie…). La chirurgie est souvent à la fois une étape thérapeutique et une étape de diagnostic complémentaire qui va permettre de discuter la place et l’efficacité potentielle des autres traitements.

Néanmoins, la qualité de la chirurgie commence au même titre que les autres traitements à être évaluée du point de vue des critères d’expérience des patients. On parle de PROM « patient-reported outcomes measure » (évaluation du soin par le patient) et de PREM « patient-reported experience measure » (évaluation par le patient de son expérience du soin), qui s’intéresse au vécu, à la satisfaction par rapport aux informations reçues, ou à la relation avec l’équipe médicale. Ces méthodes d’évaluation sont encore celles des recherches.

L’expérience de Viviane, opérée deux fois dans le même établissement à 10 ans d’intervalle, reflète l’importance de s’intéresser aux retours des patients pour améliorer l’expérience d’une chirurgie : « Pour mon second cancer du sein, 10 ans après, ce n’était plus pareil. Je me suis retrouvée, seule, sortie de l’hôpital avec mon drain et mes ordonnances sous le bras. L’opération s’est très bien passée mais je ne m’étais pas préparée à ça. »

Les études de retour d’expérience restent donc importantes pour améliorer la qualité de l’information et l’organisation des parcours des malades.

A travers ce sondage anonyme, nous souhaitons comprendre à la fois :

  • ce qui vous a permis de choisir un établissement pour réaliser une chirurgie et
  • les éléments de vécu, de satisfaction ou d’insatisfaction de votre point de vue.

Merci de votre témoignage indispensable pour faire avancer les pratiques.

👉 lien vers l’enquête

 

L’équipe Cancer Contribution

Source : Inca – https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-traitements/Chirurgie