L’activité physique efficace contre le cancer !

caizerguesL’activité physique efficace contre le cancer ! Ce qu’on pensait hérétique voilà 20 ans est devenu une certitude médicale, comme le prouve l’actualité la plus récente… Le think tank Sport et Citoyenneté organise le 4 décembre prochain une conférence sur « L’activité physique, un outil au service de la lutte contre le cancer du sein en Europe« , au Parlement européen à Bruxelles. Dans le cadre de son réseau européen « sport et santé » et de sa réflexion autour des bienfaits de l’activité physique et du cancer du sein, ce club de réflexion vous propose une interview de Jean-François Toussaint, qui affirme : « on estime ainsi pouvoir réduire de plus de 10.000 le nombre de cancers du sein en France si l’on amenait chacune à pratiquer un niveau suffisant d’activité physique« .

François Toussaint est Professeur de médecine et directeur de l’Institut de Recherche bioMédicale et d’Epidémiologie du Sport (IRMES), il a piloté de nombreuses études et groupes de travail sur l’activité physique et la santé et qui préside actuellement le groupe d’experts  » Sport, Santé et Participation  » réunis par la Commission Européenne depuis 2011.

Quel est aujourd’hui l’état de la recherche médicale sur le lien entre activité physique, prévention et lutte contre le cancer du sein ?

J-FT: De très nombreuses études viennent aujourd’hui démontrer l’impact entre l’activité physique ou sportive, le niveau de pratique de celle-ci (c’est-à-dire à la fois la durée et l’intensité de la pratique) et la réduction de l’incidence du cancer du sein. Réunissant des milliers de patientes, elles démontrent en effet l’impact positif de l’activité physique en termes de prévention comme en termes de guérison, au cours de toutes les étapes de la maladie. On estime ainsi pouvoir réduire de plus de 10.000 le nombre de cancers du sein en France si l’on amenait chacune à pratiquer un niveau suffisant d’activité physique.

david-khayatDe son côté, le Pr Khayat, auteur d’un livre référent sur les bonne pratiques alimentaires en prévention du cancer, affirme qu’ 1 homme sur 2, et 1 femme sur 3, serait confronté au cancer dans sa vie. L’activité physique permettrait de réduire le risque de cancer de manière très significative, d’environ 25 à 30%. Il a été montré que la pratique d’une activité physique ou sportive permettait de réduire le risque de survenue de nombreux cancers (prévention primaire) comme le cancer du sein, le cancer du côlon, le cancer de la prostate, mais aussi les cancers du pancréas, de l’estomac, de l’utérus…

L’intensité de l’activité physique nécessaire est mesurée en MET (= « Metabolic Equivalent of Task ») par les scientifiques. On recommande généralement une activité de 3 à 6 MET qui équivaut à une activité modérée (marche, yoga…) ou au-delà de 6 MET pour une activité physique plus intense (natation, session de surf, course à pied…). On recommande plutôt les activités modérées pour réduire le risque de rechute chez les personnes ayant eu un cancer et on va plutôt conseiller une activité physique plus intense pour réduire le risque de cancer chez une personne saine.  5 heures d’activité physique par semaine, équivalent à 20 à 30 MET de dépenses énergétiques, permettent de réduire de manière significative le risque de survenue des cancers.

Le Pr Khayat a expliqué que les activités physiques ou sportives agissent en réduisant la quantité de facteurs de croissance entraînant la prolifération de cellules potentiellement cancéreuses comme l’IGF1, l’insuline, la leptine. Ces facteurs augmentent le risque de cancer mais le sport permet de les faire diminuer. Le sport permet également de réduire le taux d’oestrogènes qui favorisent les cancers hormono-sensibles comme le cancer du sein.