Médecines parallèles et cancer

Découvrez le livre d’Anne-Cécile Begot, Médecines parallèles et cancer – Une étude sociologique, édition L’Harmattan, coll. Logiques sociales.

Comme le souligne Giovanna, « le texte cité dans notre forum sur la place des médecines complémentaires accomplit une analyse sur ce qui communément désigné par  » médecines parallèles  » selon le paradigme socio-historique. Cela permet de rendre compte des rapports de force au sein du champ des soins de santé. A partir de cette analyse et d’une étude de terrain menée auprès de personnes touchées par le cancer et ayant recours aux « médecines parallèles », on a cherché à dégager les usages sociaux de ces médecines, le sens qu’elles recouvrent, et les démarches dans lesquelles elles s’inscrivent (alternative, complémentaire…).

Les pratiques thérapeutiques non-conventionnelles ne peuvent être envisagées indépendamment de la pathologie qu’elles sont censées traiter (cancer), de ses représentations et de ses caractéristiques (chronicité, caractère létal) mais aussi, plus globalement, de la place qu’elles occupent dans l’univers de soins des individus. Cette étude a été financée par l’institut National du Cancer (INCa) et menée dans le cadre d’un laboratoire CNRS-EPHE (Centre National de la Recherche Scientifique et École Pratique des Hautes Études), le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL). »
 

Date de mise en ligne : 09/17/2012

Dernière mise à jour : 07/01/2016

1 commentaire sur “Médecines parallèles et cancer”

  1. Je parlerai de la place qu’elles occupent dans nos parcours de soins : tout ce qui peut nous faire du bien, nous sommes preneurs. Reste à avoir les moyens de se les payer. Ca ne peut être que de l’espoir, mais ça nous fait du bien d’espérer.

Les commentaires sont fermés.